Sélectionnez un pays
  • {{country.Text}}
Sélectionnez une langue

Historique de Greenlee

La « machine à fabriquer des tonneaux »

La success story actuelle de Greenlee a commencé dans le comté de Crawford en Pennsylvanie, il y a déjà plus de 160 ans. Nés dans la ferme familiale en avril 1838 , les frères jumeaux Robert et Ralphwere sont les fils d'Edmund Greenlee, un fermier jouissant d'une certaine ingéniosité. Parmi les dispositifs permettant d'économiser la main-d'œuvre, créés par Edmund, il y avait une gamme de machines à fabriquer des tonneaux en bois qu'il avait breveté alors que les garçons étaient tout jeunes. Le fait d'avoir grandi dans cet environnement semble avoir favorisé certaines compétences précieuses chez les deux frères qui ont démontré tous deux des aptitudes et une créativité vis-à-vis de la mécanique, et, avant l'âge de 20 ans, une habileté en tant que tonneliers (fabricants de tonneaux).

Une biographie de l'entreprise, Forets ronds...trous carrés, rédigée en 1962, affirmait, « aucune formation n'aurait pu être plus à propos. » En effet, peu après que les jumeaux aient atteint l'âge de 21 ans en 1859, Edwin Drake a foré le premier puits de pétrole prospère de la région à quelques kilomètres seulement de la maison des Greenlee, d'autres ont suivi par la suite et la demande pour des tonneaux de stockage de pétrole qui en a découlé a dépassé 1000 tonneaux par jour, « plus que l'ensemble des fabricants de tonneaux du nord-est de la Pennsylvanie pourraient produire ». Ralph et Robert ont mis à profit les machines de leur père; des machines qui deviendraient un jour ce que Greenlee avait commencé…

Le déménagement à Chicago

Étant donné que la production de pétrole et l’approvisionnement en tonneaux ont commencé à se stabiliser au cours des deux années suivantes, les frères ont pensé déménager leurs activités dans une ville où ils pourraient investir de nouveaux marchés ; à cette période, les tonneaux en bois étaient utilisés pour le stockage etl’expédition d’innombrables Greenlee Historical Building produits. Le père Edmund a apparemment encouragé cette décision et était même d'accord lorsque les deux hommes ont décidé, en 1862, de déménager leur entreprise à Chicago, où le marché du tonneau de bois se développait aussi vite que la ville, un point d'expédition majeur pour le grain et la viande. Le début de la guerre civile et l'utilisation de la ville par l'armée de l'Union comme arsenal primaire et point de ravitaillement ont créé aussi une plus grande demande pour de nouveaux tonneaux.

Au cours de l'année qui a suivi leur arrivée à Chicago en 1862, Ralph et Robert étaient bien établis, et comme l'entreprise de machine de tonneau avait grandi, ils ont élargi leurs opérations en devenant les fournisseurs généraux de machinerie de production d'autres fabricants. Toutefois, le principal intérêt des deux frères était toujours de développer de nouveaux produits et la société Greenlee Brothers & Co a été officiellement fondée en 1866 en partenariat avec William Brooks. (Il est intéressant de noter que durant cette période, les frères ont courtisé et épousé les filles de Brook. Robert a épousé Emily Brooks et Ralph a épousé Elizabeth Brooks !) Si le grand incendie de Chicago de 1871 a laissé Greenlee indemne, la demande croissante pour des machines de travail du bois durant la reconstruction a permis à l'entreprise déjà solide de s'imposer comme fournisseur auprès des fabricants de meubles et d'autres fabricants de produits de bois. En 1873, on pouvait lire dans un article de magazine que les frères avaient « 25 hommes employés qui construisaient des raboteuses, des bouveteuses, des machines à façonner, des scies...et d'autres produits ».


La « Mortaiseuse à bédanes creux »

Promettant dans un ancien catalogue « si une machine que nous fabriquons est égalée par n'importe quel autre modèle, nous nous engageons à soit l'améliorer soit de cesser sa fabrication », Ralph et Robert ont réalisé un autre triomphe grâce à l'invention de la « Mortaiseuse à bédanes creuses » en 1874. Similaire à une table de sciage quant à sa taille, cet outil révolutionnaire combinait l'arête tranchante d'un burin à quatre face à la capacité d'alésage d'un trépan rotatif pour produire des trous carrés dans le bois (un modèle utilisé à l'échelle mondiale jusqu'à ce jour et l'inspiration derrière le logo « Square G » de Greenlee, au haut de la page), permettant une construction plus rapide, plus précise et plus solide des produits de bois. La mortaiseuse s'est avérée tellement fructueuse que les frères en ont acheté un grand nombre pour la construction d'une nouvelle usine (ironiquement, à un bloc seulement du site situé sur DeKoven Street où la vache tristement célèbre de Mme O'Leary a supposément déclenché l'incendie de Chicago).



La « voiture d'usinage de traverse de chemin de fer »

Une fois la guerre civile terminée, le pays a continué de s'étendre vers l'ouest à un rythme plus rapide, et la réalisation de la première ligne de chemin de fer transcontinentale en 1869 a alimenté davantage cette migration, permettant d'amener des milliers de pionniers à l'ouest du Mississippi. Cela a engendré la construction de milliers de kilomètres de nouvelles lignes de chemin de fer; de 1870 aux années 1880, 64 375 km d'un nouveau chemin de fer ont été posés, et au cours de la décennie suivante, 105 000  autres km ont été ajoutés, chacun d'eux nécessitant plusieurs milliers de traverses de bois pour soutenir le rail. La famille Greenlee a réagi en développant une innovation plus grande et plus complexe que n'importe quelle autre présente sur leurs machines précédentes, la « voiture d'usinage de traverse de chemin de fer », une usine autonome de laminerie dans un wagon couvert. Alimentée de grumes de bois brut sur un côté, elle pouvait produire jusqu'à 6 traverses finies par minute, glissant l'autre en dehors. (En 1911, Greenlee construisait déjà des « machines de traverse téléalimentées et des voitures d'enfoncement des crampons » et d'autres machines pour gros travaux comme des tenonneuses, des mortaiseuses et des machines à couper pour constructeurs de lignes de chemins de fer et de wagon porte-rail.) Un directeur de la Pullman Car Company a écrit que Greenlee Bros « excelle à tous les niveaux et répondra sans faute à vos besoins ».



La « scie à refendre mécanique alimentée automatiquement »

En 1875, le premier catalogue Greenlee a été produit, et durant l'année 1881, les frères ont franchi un autre jalon lorsqu'ils ont introduit la « scie à refendre mécanique alimentée automatiquement ». Conçue pour accélérer le temps de production tout en prévenant la perte de doigts, blessures courantes chez les scieurs jusqu'à ce Greenlee Historical Building jour, cette machine de la grandeur d'une table s'est immédiatement avérée plus populaire que la mortaiseuse ; au moment où 2 000 mortaiseuses ont été vendues, de même que 9 000 scies à refendre et les clients provenaient d'Amérique du Sud, d'Europe et même d'Australie. Pendant un certain temps, lorsqu'une scie commandée était expédiée, un wagon porte-rail en entier était rempli d'autres exemplaires de cette même machine. Comme la nouvelle précédait le chargement, l'ensemble du chargement du wagon se vendait en cours de route.



Le déménagement à Rockford

Au début du siècle, les bâtiments de Chicago sont devenus trop exigus pour Greenlee, notamment deux fonderies destinées au coulage de ses propres pièces. Après que leur propre grand incendie ait ravagé leur principale usine, la laissant « en ruines couvertes de glace » lors d'une froide nuit de 1897, les frères ont entrepris la recherche d'un lopin de terre doté d'un accès à une ligne de chemin de fer, suffisamment grand pour y contruire environ 20 000 pieds carrés (1 860 mètres carrés) de nouveaux bâtiments, dont une fonderie, avec une superficie permettant un futur agrandissement. En 1903, ils choisirent un grand lopin de terre à Rockford, Illinois (à l'origine un centre de fabrication de meubles qui servait à un grand nombre de clients de Greenlee), où la Illinois Central Railroad pouvait (et elle l'a fait en 1904) construire des voies ferrées pénétrant à l'intérieur de la nouvelle usine.

Peu avant la Première guerre mondiale, Greenlee a fabriqué ses premiers outils pour les machines destinées au travail des métaux, suivis par les premières machines de production de travail des métaux de l'entreprise; les fabricants automobiles et de wagon porte-rail — tous deux dépendant des machines Greenlee — ont commencé à remplacer les châssis en bois des véhicules par des châssis en métal. En 1927, une société distincte, Greenlee Tool Company, a été établie pour poursuivre les activités des petits outils alors que les machines-outils sont restés entre les mains de Greenlee Brothers & Company. En l'espace d'un an, Greenlee Tool a présenté une gamme de poinçons à tôle, suivie en 1930 par la « cintreuse de conduit et de tuyau à alimentation hydraulique », parmi les premiers produits mis au point notamment pour les entrepreneurs électriques. La longue série de cintreuses qui ont été développées dès le début - et une quantité d'autres produits développés particulièrement pour ce commerce - continue de représenter une partie importante des activités commerciales de Greenlee jusqu'à ce jour.



Les machines à « transfert automatique »

Alors que des machines pour le travail du bois additionnelles, des petits outils et des produits pour électriciens continuaient d'être développés, en 1935, Greenlee construisait des machines de production de métal à « transfert automatique » qui incorporaient des mécanismes de serrage et une alimentation hydraulique ; les opérateurs Greenlee Historical Machine n'avaient qu'à charger les pièces brutes et appuyer sur un bouton. Durant la Deuxième guerre mondiale, Greenlee a construit une machine de transfert automatique de 53 mètres de longueur dont le coût s'élevait à 800 000 $ afin de fabriquer les têtes de cylindre pour les moteurs des forteresses volantes B17 ; chargée de 130 têtes de cylindre à la fois, en 49 secondes, elle effectuait 162 opérations d'usinage qui nécessitaient auparavant 300 heures-personnes. Une partie de cette machine
a rejoint par la suite à l'exposition machine-outil au Smithsonian Institution à Washington, D.C. Durant les années d’après-guerre, Greenlee a produit d’énormes machines capables de fabriquer une centaine de moteurs connectant des tiges ou des bâtis de compresseur de réfrigérateur par heure et, en 1953, Greenlee a construit, en huit mois seulement, huit machines de 262 pieds de longueur, dont chacune a produit 100 boîtiers de transmission par heure pour General Motors.


Greenlee aujourd'hui et demain

Dans les décennies qui ont suivi, plusieurs changements se sont produits chez Greenlee, y compris le fait d’acquérir Fairmont Hydraulics en 1992, ainsi que le fabricant d’outils allemand Klauke en 1996. L'expansion visant l'industrie d'équipement de communication de données/télécommunications a été possible par l'achat de Datacom Technologies en 1998, Progressive Electronics et RIFOCS en 1999, et IMAP Corporation et Chesilvale Electronics basée au Royaume-Uni en 2000.

Greenlee continue d'agrandir sa gamme de produits offerts et d'en développer de nouveaux pour les industries de l'électricité, des services publics, de l'agriculture, de la construction, de la maintenance d'usine et des communications de données/télécommunications. Aujourd'hui, des centaines de pages cataloguent les gammes de produits offertes par des milliers de distributeurs de Greenlee à l'échelle mondiale.

Greenlee est une entreprise très différente de celle qu'elle était dans le passé, mais l'esprit novateur et aventureux de Ralph et Robert Greenlee pour inventer et livrer des produits et services de la meilleure qualité possible est toujours présent. Grâce à notre engagement et notre croissance continue à travers de nouveaux produits et de nouvelles acquisitions, Greenlee continue de regarder l’avenir avec confiance.